Caté dimanche et premier scrutin des prochains baptisés

L’eucharistie du dimanche matin, carrefour de beaucoup de chemins parcourus par les membres de la communauté :

Enfants et familles réfléchissaient à la parabole du bon Samaritain,  thème du caté pour ces semaines qui nous préparent à Pâques. Pendant ce temps, les jeunes couples de la vallée qui se préparent au mariage avaient leur journée à la salle de l’étoile.

Foi et lumière était également présent avant la rencontre mensuelle au CAP. Et bien sûr, les catéchumènes qui avaient leur premier « scrutin », liturgie qui invite à se placer devant la grandeur de l’appel de Dieu, et à murir son choix.

Dimanche prochain 26 Mars, pour la fête de la Solidarité, gageons que l’Eucharistie à 9h30 et la fête seront également le carrefour de nombreux chemins parcourus par les uns et les autres ; et les échanges nombreux.

Laissez vous réconcilier avec Dieu

Les dates de confession dans notre doyenné :

C’est Jésus qui dit à ses apôtres : « Ceux à qui vous pardonnerez leurs péchés seront pardonnés ; ceux à qui vous ne les pardonnerez pas ne seront pas pardonnés » (Jn, XX, 19-23). Les apôtres et leurs successeurs – les évêques et les prêtres, leurs collaborateurs – deviennent des instruments de la miséricorde divine. Ils agissent in persona Christi, c’est très beau. Et cela prend une signification profonde, parce que nous sommes des êtres sociaux. Si tu n’es pas capable de parler de tes erreurs avec ton frère, tu peux être sûr que tu seras incapable d’en parler, même avec Dieu ; et tu finis par te confesser devant ton miroir, devant toi-même. […]

Se confesser devant un prêtre est une façon de remettre ma vie entre les mains et le cœur d’un autre, qui , à cet instant, agit au nom et pour le compte de Jésus.     Pape François « Le nom de Dieu est Miséricorde »

Denier de l’Église

 Le monde a besoin de paix, de partage et de fraternité

La campagne du Denier de l’Eglise  nous rappelle  qu’en ces temps marqués par la tentation du repli sur soi,  le monde a besoin de Fraternité, de Partage et de Paix. Chaque jour, l’Eglise catholique œuvre sans relâche au service de ces valeurs chrétiennes. Notre  paroisse tisse  le  lien social.

Avec les chrétiens qui partagent la mission avec moi, avec les sœurs Amantes de la Croix, j’accompagne  les familles et  les paroissiens au cœur des joies et des peines de la vie. Nous témoignons ensemble de la joie de l’Evangile.

Mais tout cela n’est possible que grâce à vous !  Grâce à votre don au Denier.

  • Sans vous La paroisse ne peut  assurer la rémunération de son curé, de la secrétaire, de sa femme de ménage et verser une indemnité aux  sœurs.
  • Sans vous la paroisse ne peut financer ses travaux d’entretien, payer ses charges (fuel, électricité, gaz et d’eau). (Voir  les résultats des comptes 2016 sur la page finances)

Je vous rappelle que chaque don, quel que soit son montant, est précieux. Vous pouvez participer en remettant à la paroisse votre don par chèque à l’ordre de l’Association Diocésaine de Rouen, où en ligne sur www.denierennormandie.catholique.fr  en choisissant diocèse de Rouen et en précisant Paroisse Ste Thérèse de la vallée du Cailly. Il est aussi possible de répartir votre don toute l’année grâce au prélèvement automatique mensuel ou trimestriel. Vous recevrez un reçu fiscal.

Merci pour votre  prêtre, merci pour votre paroisse.                          Père Jacques Simon et les membres du conseil de gestion

Les cloches au Vietnam

La tradition nous annonce le départ des cloches pour Rome pendant la semaine sainte qui termine le carême …

Pour  rejoindre la paroisse de sœur Kiem, près de Hanoï, la cloche fondue chez Paccard, près d’Annecy a mis 40 jours de bateau !… C’est l’entreprise Paccard qui a rénové le carillon de la cathédrale de Rouen l’an dernier. Cette semaine, M. Philippe Paccard est sur place pour l’installation de la cloche, et du premier carillon automatique au nord du Vietnam. Kiem assure la traduction !!!…

Dên Thanh est aussi lieu de pèlerinage pour le diocèse de Hanoï, sanctuaire rappelant la mémoire d’un des martyrs du Vietnam, Saint Pierre Lê Tùy

Ce passage est l’occasion de rencontrer les jeunes de la paroisse, et de célébrer sur place l’entrée en carême.

 

Cendres

Seigneur,
Tu m’as confié l’amour et le don,
Tu m’as confié la paix et le pardon,
Tu m’as confié la lutte et le salut du monde,
Tu m’as confié la joie et l’avenir du monde.
Mais j’ai oublié la grâce reçue de toi.

Tout est parti en fumée par mon indifférence,
par ma volonté et c’est mon péché.
Il ne reste que les cendres de la beauté passée
et dans mon cœur ne demeurent que les résidus
de mon être appelé aux plus hautes fonctions.

Vois, Seigneur,
c’est tout ce qui me reste du bel héritage à moi confié.
Pourtant, Seigneur, à tes yeux, je crois,
que rien n’est jamais joué,
et même les cendres et les résidus gardent la puissance de germer.

Aussi me lèverai-je aujourd’hui,
je prendrai mes cendres et je les convertirai en terre à semailles.
Car mes cendres sont la terre nouvelle qu’il m’appartient de créer et d’habiter.
Mes cendres fertilisées par ta grâce seront ma terre renouvelée
où l’Evangile étendra ses racines largement.

Vois, Seigneur, les cendres sur mon front et
dans mes mains sont déjà la promesse de la moisson à venir !

Pour une France solidaire dans le monde en 2017

En cette période de débats et de choix pour notre pays, avec notamment de prochaines élections, le CCFD et d’autres associations nous informent et élargissent notre regard :

consultez la page : https://www.monpari2017.org/

développée par le CCFD. Lisez également une des propositions « pour une France solidaire dans le monde en 2017 », soutenue par le secours catholique, Oxfam et le CCFD, en cliquant ici,

Autre point de débat : pour la présidente d’ATD Quart Monde, le droit à des moyens convenables d’existence, inscrit dans la Constitution, ne peut être dissocié des autres « droits fondamentaux » sans lesquels l’égale dignité est un leurre. lire ici

La fête de la solidarité du 26 Mars se prépare…

Aujourd’hui, si la fête est toujours considérée comme un moment  important de la vie paroissiale (chaque année  depuis 2003) pour les familles qui y participent, la Paroisse Ste Thérèse  souhaite donner une dimension encore plus large, et approfondir son sens en invitant des partenaires autres que catholiques à participer à cette journée; que chaque animation, action, soit témoignage des valeurs de solidarité.

Nous voulons par cette fête témoigner du « vivre ensemble »  quelques soient nos convictions, notre  religion, nos sensibilités, en vivant les choses ensemble, sur les sujets qui nous tiennent à cœur, comme le respect de toute personne, l’accueil des migrants, ou le respect de l’environnement.

accédez à la page de la fête de la solidarité, sur le site, en cliquant ici.

Tracts et affiches bientôt à diffuser autour de vous.

Notez la date dans votre agenda !…

 

Nouvel An en Asie …

Dimanche 12 à 15h30 à St Martin de Maromme : Messe de la « Fête du TÊT » de la communauté vietnamienne.

Avant de rentrer sur Hanoï, soeur Anh a passé en famille les fêtes du Têt. Elle nous raconte cette fête traditionnelle, alors que Nicolas DeFranqueville transmets des photos de Hong-Kong  :

 

 

 

 

Soeur Anh : « Ça fait 13 ans, que je ne suis pas avec ma famille pour le Têt. Cette année, j’ai l’occasion de redécouvrir cette fête.

* Avant le Têt

Les villageois consacrent quelques jours pour ranger leur maison : essuyer des poussières ; nettoyer le mur, des lit, le sol… ; laver des couvertures, des moustiquaires… balayer autour de la maison. Comme ils travaillent toute année, ils n’ont pas de temps de s’occuper de leur maison. Bien sûr, il ne faut pas oublier de mettre des fleurs, ou(et) un plateau de fruits (bananes pamplemousse… ), « quất » ou « đào» ou « mai » (images ci-joint) qui sont des symboles pour le Têt et le printemps. Selon la notion des vietnamiens, le Têt et le printemps arrivent en même temps.

A la fin d’année, c’est aussi une occasion d’honorer des ancêtres. C’est grâce à eux que nous sommes là. On apporte des fleurs, de l’encens aux tombeaux. Les bouddhistes mettent le plat à l’autel des ancêtres, sans savoir si le plat est salé ou fade car leurs ancêtres doivent goûter les premiers. Ainsi, ils apportent un coq (avec la tête, les pattes) pour des rites devant le tombeau. Pour les chrétiens, ils rendent visite aux tombeaux avec la prière. Continuer la lecture de Nouvel An en Asie …